APERçU HISTORIQUE




Les vestiges visibles du site archéologique de Brion sont ceux d'une ville gallo-romaine construite vers le milieu du premier siècle de notre ère. Abandonnée quelques siècles plus tard cette ville fut longtemps ignorée.

Il apparaît maintenant que, selon toute vraisemblance, ce fut celle que le savant grec Ptolémée citait dans sa "Géographie", vers l'an 130 de notre ère, sous le nom de Noviomagus. Noviomagus était alors, avec Burdigala -le Bordeaux antique-, l'une des quelque 20 villes de l'Aquitaine romaine qui s'étendait de la Loire aux Pyrénées.

Une implantation urbaine en cet endroit semble aujourd'hui insolite, mais il y a 2000 ans la situation était très différente : le site se trouvait alors,vraisemblablement, sur une île, au fond d'une vaste baie en communication avec la Gironde, une baie qui, progressivement comblée puis assainie , est devenue le marais de Reysson.


Essai de reconstitution des rivages antiques

Par ailleurs, l'archéologie nous révèle, bien avant la conquête romaine, un peuplement environnant relativement dense ainsi qu'une importante métallurgie du bronze. Ces indices d'une économie prospère pourraient s'expliquer :

- par la présence de terres agricoles de bonne qualité, situation alors exceptionnelle dans le Médoc.

- par l'existence d'un plan d'eau bien abrité, favorable aux relations maritimes (le métal, cuivre et étain, pouvait provenir de Bretagne, des îles Britanniques, ou encore de la péninsule Ibérique ) .